Les lumières de Min Min

Publié le par Taranto

En Australie, la région du Queensland s’étend sur 1 850 000 km² du nord-ouest jusqu’au centre du continent. Loin à l’intérieur de cette province se trouve la bourgade de Boulia.

 


 

Cette petite ville de 300 habitants est surtout célèbre pour sa Course de Chameaux des Sables du Désert (Boulia Desert Sands Camel Races), l’une des épreuves les plus importantes du circuit australien de courses de chameaux.

 

Mais cette région est aussi réputée pour les apparitions lumineuses inexpliquées qui y sont recensées depuis plus d’un siècle, les lumières de Min Min. A de très nombreuses reprises, des témoins ont rapporté avoir vu au cours de la nuit une forme lumineuse flotter dans les airs. Le plus souvent, c’est une sphère de couleur blanche, assez brillante pour éclairer les alentours, qui se déplace doucement entre un et deux mètres au dessus du sol. Elle peut rester immobile, bouger à vive allure, apparaître et disparaître de façon soudaine, voire poursuivre les gens qui l’ont aperçue.

 

 

Son nom vient de l’un des premiers témoignages enregistrés : en 1917, un vacher paniqué raconta à un policier de Boulia qu’il avait vu apparaître au-dessus du vieux cimetière de Min Min une lumière brillante qui l’aurait poursuivi jusqu’aux abords de la ville.

 

Ce cimetière se trouve derrière les ruines de l’Hôtel Min Min. Cet établissement, nommé d’après un terme aborigène, était un relais pour vachers et voyageurs construit au bord de la vielle route de diligences à 73 km de Boulia. Selon la légende c’était un véritable coupe-gorge et nombres d’innocents auraient été enterrés discrètement dans le cimetière, jusqu’à ce qu’un incendie rase le bâtiment en 1917.

 

Les apparitions de lumières de Min Min se comptent par centaines dans la région. Certaines légendes précèdent l’arrivée des Européens mais les Aborigènes rapportent que la fréquence des apparitions est plus importante depuis l’installation des colons.

 

Ce type de phénomène se rapproche de celui des feux-follets : will o’wisp en Grande-Bretagne, boi-tatà au Brésil, kitsunebi au Japon, la plupart de ces apparitions lumineuses sont expliquées par des émanations de gaz à partir de plantes ou d’animaux en décomposition, qui s’enflamment spontanément à l’air libre. Même si une lumière de Min Min est apparue dans un  cimetière, la région de Boulia est de type désertique et des réactions chimiques de ce type semblent très improbables.

 

Un autre type de phénomène lumineux très rare est celui de la foudre en boule.Mais il ne se produit que pendant des orages après un impact de foudre et il ne dure que moins d’une minute, alors que des lumières de Min Min ont été observées pendant bien plus longtemps.

 

En mars 2003, le professeur Jack Pettigrew de l’Université du Queensland proposa une explication liée à un  phénomène optique de mirage, la fata morgana. Quand une couche d’air froid dense est bloqué en dessous d’une couche d’air plus chaud, la lumière au niveau du sol peut être réfractée et révéler des objets bien au delà de l’horizon.

 

Les lumières de Min Min ne seraient alors que des mirages d’objets lumineux lointains. A l’origine il pouvait s’agir de feux de brousse, toujours fréquents durant la saison sèche. Plus récemment, il pourrait s’agir de lumières électriques ou de feux de voiture. Ces mirages seraient plus fréquents dans la région de Boulia à cause de son relief, de grandes étendues planes où l'horizon est dégagé, avec de petites dépressions où l'air froid peut se retrouver bloqué.

 

Quoi qu’il en soit, pendant que les scientifiques s’interrogent et que les folkloristes spéculent, des apparitions sont toujours signalées, au bonheur des touristes qui osent faire le déplacement.

 

L'article sur Wikipedia (anglais)

 

La Fata Morgana

 

L'explication du Professeur Pettygrew

Publié dans Anomalies naturelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article