La Société Vidocq

Publié le par Taranto

La Société Vidocq est une organisation privée qui s’intéresse à la cuisine et la résolution d’affaires criminelles.

 


 

Elle a été fondée en 1990 à Philadelphie par Richard Walter, psychologue en criminologie, William Fleisher, détective privé et Frank Bender, sculpteur spécialisé en médecine légale.

 

Son nom est un hommage à Eugène-François Vidocq, aventurier français qui devint chef de la Brigade de la Sûreté de 1811 à 1827. La société compte 82 membres de plein droit, autant que d’années vécues par le détective, et une 100e de membres associés. Tous sont des professionnels des sciences crimino-légales qui mettent en commun leurs expériences et leurs compétences pour la résolution de crimes non élucidés. On ne peut rejoindre la Société que sur invitation, en payant une cotisation annuelle de 100 $ et en assistant à un repas de l’organisation  au moins une fois par an.

 

La Société Vidocq se réunit tous les troisièmes jeudis de chaque mois dans une salle du Public Ledger Building à Philadelphie en Pennsylvanie. Lors de ce dîner, les membres présents examinent les cas proposés par des services officiels de police : cette disposition a été prise après que l’un des solliciteurs fut reconnu coupable du meurtre en 1992. Après les premiers succès, une procédure plus stricte fut décidée afin de limiter le nombre des affaires présentées : il doit s’agir de morts non élucidées, vieilles de deux ans au moins ; la victime ne doit pas avoir été reconnue coupable d’activité criminelle comme le trafic de drogue ou la prostitution ; le cas doit être officiellement présenté par les représentants de police appropriés.

 

La Société n’a pas de buts lucratifs : il n’est demandé aucune contribution pour une enquête et les frais de voyage des postulants sont pris en charge.

Dès mars 1991 cette organisation devait connaître son premier succès : la famille de Huey Cox, assassiné à Little Rock (Arkansas) contacta la Société afin de déterminer si le principal suspect du meurtre n’avait pas été accusé à tort. Après le témoignage de Richard Walter et d’un spécialiste des empreintes digitales le cas fut classé en 45 minutes.

 

Depuis sa création, la Société Vidocq est supposée avoir traité plus de 300 cas, avec un taux de résolution de l’ordre de 80%.

 


Le site de la Société Vidocq


Le site de Frank Bender


Le site de William Fleisher

Publié dans Crimes et folies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article